Archives par mot-clé : Le dire pour agir

Le parcours du jeune, la restitution de l’atelier.

L’atelier « Raconte-moi ton parcours bénévole » s’ouvrait dès le vendredi après-midi, afin de rompre la glace et d’en apprendre bien davantage sur les jeunes participants présents.

Un parcours propice à l’expression

Crédit photo : J-F-Leray

L’atelier s’est déroulé dans une  salle imaginée comme un couloir métaphorique qui a permis de répondre à sept questions. L’occasion de savoir comment le jeune avait connu l’association,  son ancienneté dans l’association et les valeurs qu’il porte. De même, l’atelier permettait  d’identifier ce qui a convaincu le jeune de s’engager au Secours populaire et pourquoi.

 Se projeter et aller de l’avant

Cet atelier a aussi permis d’aller de l’avant en étant à l’écoute des souhaits des jeunes en matière de futures missions et actions à effectuer.

Enfin, se projeter en incitant les jeunes à se confier sur la vision d’avenir qu’ils avaient du Secours populaire.

Deux autres ateliers ont succédé et étaient en lien avec celui-ci, « le plaisir de l’engagement bénévole » et « l’atelier de lightpainting ».

Les coulisses de l’atelier

Pour revenir à cet atelier et pour mieux appréhender le travail effectué, vous trouverez ci-dessous la vidéo des coulisses de l’atelier.

Autant de questions qui ont donc permis d’en apprendre bien davantage. Pour exemple, sur 124 personnes ayant répondu, on constate que la famille (28 post-its) et les amis (24) sont les plus grands prescripteurs à avoir joué un rôle dans la venue des jeunes au sein de l’association.  Sur la même base, on apprend également que 70 participants étaient dans l’association au moment du festival depuis plus de 3 ans.

La restitution de l’atelier

Cet atelier a permis également aux animateurs de l’atelier  de proposer une restitution originale et surtout interactive, le dimanche matin, nourrissant ainsi  la réflexion commune et le dialogue. Tout cela a permis de puiser des idées propices à l’engagement des jeunes, une fois rentrés chez eux. Voici ci-dessous toute la richesse de la restitution de l’atelier que vous pouvez revivre en vidéo.

Pour retrouver le travail qui a été fourni à l’issue de l’atelier par le biais du light painting, cliquez-ici !

Remerciements:

Cet atelier a été concocté par les référents jeunes et Marina Rossarie et Marie Burchi. Avec l’appui pour la restitution de Xavier Bacheter. Merci aussi Dominique Fourquin du siège national, à Joëlle Bottalico, à Ingrid Joigneaux et à Claude Levoyer, élus nationaux du Secours populaire pour leur présence. Sans oublier la participation active, durant tout le festival, des partenaires associatifs du monde entier.

Restitution de l’atelier de light painting

Restitution de l’atelier Light painting

Avant le festival nous annoncions du light painting au festival des solidarités à Rennes, et nous présentions juste à l’issue les premières photos de l’atelier qui s’était déroulé durant le week-end.

A présent, et comme nous allons le faire pour l’ensemble des ateliers que sont « Le plaisir de l’engagement solidaire », « Le Solid’Art’Tube », « Les réseaux sociaux et la jeunesse solidaire », « Les villages Copains du Monde », « Le parcours d’un jeune bénévole », « Migrants, réfugiés, ici et là-bas », « adolescents engagés » et « la précarité des jeunes », l’heure est venue de redonner une grande partie de la richesse cumulée suite à cet événement.

Le fruit d’un cheminement introspectif

Crédit photo de J F Leray
Photo de J F Leray

L’atelier light painting, s’inscrit dans une démarche chère au Secours populaire : « Le dire pour agir ». Dans laquelle la parole est vectrice d’émancipation. Que ce soit des personnes aidées, mais aussi pour les bénévoles de l’association. Au festival des solidarités, l’idée a été d’avoir un mode d’expression en fil rouge. Ce qui a relevé d’une réflexion et d’un retour sur expérience assez poussé. En effet, les ateliers  « Le parcours d’un jeune bénévole » puis « Le plaisir de l’engagement solidaire » avaient pour vocation d’être à l’écoute du festivalier. Non pas sur un instant précis, mais sur un parcours complet, sur un itinéraire emprunté. Semblable à aucun autre. Et l’atelier light painting s’inscrivait dans cette démarche de fond, ponctuant les étapes précédentes.

Des mots qui rassemblent

C’est à l’issue de ce cheminement, qu’il était demandé pour participer à l’atelier light painting, à chaque festivalier de définir un mot. Celui de son engagement, qui le caractérisait le plus. Ce travail simple à première vue nécessite, un temps introspectif, parfois conséquent, pour parvenir à le définir. L’exercice se complexifie, lorsque, il a été demandé aux délégations issues de leurs fédérations respectives, de choisir un seul mot, pour illustrer leur mobilisation commune. Seul ou en groupe, les festivaliers ont pu pénétrer un nouveau territoire, dont nous sommes très heureux de pouvoir vous livrer un aperçu dans le « making of » que voici :

Une constellation pleine d’humanité

Comme vous venez de le voir, cette préparation a permis ensuite aux participants d’être illustrés à la lueur de leur mot. Avec au préalable, l’indispensable nécessité d’être fixé. Le festivalier devait s’immobiliser et ne plus bouger  pendant un certain temps, à la lueur blanche par le maître de cérémonie Cisco. Fixer chaque visage, l’éclairer, le graver sur la photo à venir. Sur bon nombre des mises en scènes, Cisco y a intégré avec le concours des participants, une petite lumière. Pareille à une âme (symbolisé par ce qui s’apparente à une étoile),  que l’on retrouvera à plus grande échelle, sur le tableau final.  Imageant le slogan de l’association : « tout ce qui est humain est nôtre ».

Des valeurs à défendre et transmettre

Tout ce travail, accompagné  de toute la sensibilité de l’artiste Cisco, met en lumière de nombreuses valeurs que défendent le Secours populaire ainsi que ses partenaires. C’est ainsi que le montage final rend compte d’un mouvement engagé et fier. Fort de ses individualités et différences. Qui donnent autant de relief aux actions de solidarités entreprises. Ce format est inédit au sein de l’association. Il donne l’occasion de défendre et transmettre via de nouvelles approches et supports des messages importants. Des valeurs ou des notions qu’il est plus que jamais nécessaire de véhiculer.

Cette restitution émouvante est à découvrir, redécouvrir puis partager ci-dessous :

Photos du light painting avec Cisco

Photos du light painting avec Cisco

Et voici les photos tant attendues de l’atelier « Light painting » réalisées par l’artiste Cisco pour le festival des solidarités. Nous remercions tous les participants d’avoir partager leur mot, et d’œuvrer aux actions de solidarités du Secours populaire.

Un montage photo a été en outre réalisé à partir de ces réalisations collectives et sera partagé ultérieurement, restez attentifs et abonnez vous au blog pour être tenus informés des prochaines publications.

Le principe du light painting

La photographie light painting, ou peindre avec la lumière. Ou tout simplement lightpainting est un art qui mélange la photographie, la lumière, le temps et l’espace. Le mot Photographie provient de deux racines d’origine grecque : « photo : lumière » et « graphie : écrire, peindre, dessiner) Littéralement : « peindre avec la lumière ». La photographie est l’art de capturer l’instant. Alors que le lightpainting est l’art d’arrêter le temps et de prolonger cet instant pour capturer le mouvement de la lumière dans l’espace. Il s’agit de photographie en pause longue qui fixe dans le temps la lumière et ses mouvements.

La démarche des participants

Tout d’abord, les participants devaient participer à l’atelier sur le « parcours bénévole ». Après avoir partage leur parcours autour de plusieurs questions posées, ils devaient ensuite sélectionner un mot. Soit seul ou soit en délégation départementales. Ils ont été mis en scènes par le biais de l’expérience unique du light painting, proposé par Cisco.

Un atelier fil rouge

C’est ainsi que les mots : partage, sourire, lumière, action, espoir, humain, ensemble, entraide, agir, humanité, espoir (en français mais aussi en persan), solidaire, rencontre, donner, amitié (en espagnol Amistad, par la présence de partenaires cubain), rêver, énergie, mais aussi le mot du président du Secours populaire « Résister ».

Certains ont partagé des phrases comme par exemple « Pourquoi pas », « The team » « Time for clock », « Born to be solidaire ». Les anciens enfants du mouvement « Copains du monde » ont également pu mettre en lumière leur expérience, et les bénévoles de l’Ille-et-Vilaine de proposer « Fédérer, fais des rêves ». Et enfin certains mots inventés  ou mêlés pour l’occasion, comme « Solid’amitié » ou « Divers cité »

Un final époustouflant

Tous les participants du festival ce sont enfin rassemblés pour créer  une constellation d’étoiles, l’occasion de mettre en lumières tous les acteurs et de rappeler qu’ensemble ils font briller le slogan du Secours populaire « Tout ce qui est humain est nôtre ».

Tout ce qui est humain est nôtre

Le tag végétal au festival des solidarités

Le tag végétal au festival des solidarités 2016

Au Secours populaire, on connaissait les agitateurs d’idées, de solidarités, d’initiatives…

Mais qui aurait pensé que nous croiserions un jour la route d’agitateuses de mousse ? Qui donc à ce propos, a déjà entendu parler de tag ou de graffiti végétal ? Bien. Il est alors grand temps de vous présenter le collectif Freemouss qui sévit de toute leur verdure sur Rennes.

Et mieux encore, de vous faire rencontrer ces artistes champêtres, à l’occasion de la déambulation des jeunes du Secours populaire et de ses partenaires du monde entier, samedi 22 octobre après-midi.

Pour rappel le départ de la déambulation sera donné à 16H15. Et l’arrivée est prévue vers 17H30 Place de l’Hôtel de ville où les festivaliers rejoindront le village des solidarités avec le plein de surprises. Souhaitant les curieux nombreux à nous rejoindre.

Le tag végétal c’est quoi ?

Graffiti végétalLe phénomène a pris un peu partout dans le monde, et plus particulièrement en milieu urbain, où l’on s’attend le moins à y croiser les réalisations. C’est cet effet de surprise, qui permet soit au travers d’illustrations où de mots ou phrases, de faire passer un message. Poétique, esthétique mais aussi  écologique puisque tout y est naturel, y compris la colle permettant de fixer la mousse relayant le message. Cette démarche a toute les qualités requises pour faire réfléchir, tout en faisant sourire.

Mais qui sont les Freemouss ?

Donner autant de bonheur, tout en joignant l’utile à l’agréable, au surprenant, n’est cependant pas une mince affaire. Tout cela nécessite de l’organisation et plein de phases préparatoires. Tout d’abord identifier un endroit « libre d’affichage » et préparer le support. Ensuite, aller collecter la meilleure mousse qui soit. Enfin, préparer la colle naturelle et mettre toute sa compétence artistique au service du message délivré. Mais le mieux pour vous parler de leurs formidables énergies, c’est de laisser Aline, Framboise et Myriam vous ouvrir la porte de leur jardin public :

Agir pour la solidarité

Quoi de mieux que d’user du vert de l’espérance pour appeler au don et à l’action. C’est ainsi que le collectif Freemouss soutient le Secours populaire pour l’action qu’il mène pour les personnes qui en ont besoin. Elles réaliseront une fresque somptueuse pour rappeler et interpeller sur les valeurs du vivre-ensemble et de la nécessité d’ouvrir un p’tit coin de cœur, comme on le ferait d’un coin de verdure. A arroser abondamment de générosité pour entretenir notre territoire commun à toutes les solidarités…

Du slam au festival des solidarités

Du slam au festival des solidarités – Rennes 2016

Si vous voyez un slam qui détale comme un lapin pour éviter les salves des chasseurs de mots, dîtes-vous bien qu’il est atteint de Mix Ô Ma Prose. Une course effrénée qui mènera son auteur jusqu’au festival des solidarités de Rennes les 21, 22 et 23 octobre 2016.

Il était une fois un collectif

111Il était une fois venu de Lyon, un collectif qui aimait permettre l’expression de chacun, à travers un tribut. Convaincus que nul mot ne méritait d’être vain. Les hommes de lettres encourageaient à faire naître la réflexion sur soi, à travers le verbe. Ce tribut du verbe comme on le définissait était particulièrement prompt à changer le cours des flows.

Le dire pour agir

Et c’est ainsi que le Secours populaire confia à ce collectif surfeur de mots, la responsabilité de faire naviguer toute la richesse des festivaliers. Façonner des embarcations (dont les voiles se gonfleraient du souffle de l’humain),  pour affronter les océans de précarités. Autant dire que le défi était de taille. Et que bien des ajustements seraient nécessaires à cette entreprise peu banale.

Une écriture à plusieurs mains

Humain en lettresComme c’est déjà le cas dans ce festival des solidarités avec le light painting, toutes les occasions sont bonnes pour donner la parole aux jeunes, et les accompagner en outre à la transformer en action. C’est ainsi que de l’atelier consacré au parcours des bénévoles auquel va participer les jeunes festivaliers, les animateurs et rapporteurs, avec l’aide d’un slameur professionnel, vont œuvrer à bâtir un édifice commun à slamer pour le dimanche matin.

Aux quatre vents de l’apprentissage

Tout d’abord contourner les contraintes. Ensuite, créer un discours commun, aux pulsations ressenties d’un festivalier à un autre. Prendre le temps d’écouter, de comprendre, de rassembler les individualités en un dénominateur commun de solidarité. Mêler les trajectoires de chaque festivalier. Et propulser un slam à 20 000 lieues sur les mers, qui atteindraient le cap de bonne-espérance au dimanche matin au plus tard…

Tel est le défi qui attend le jeune équipage le temps d’un week-end d’exception, riche de tant de diversités. Ecrire…

Le résultat sera à découvrir en conclusion sur le blog à l’issue du festival, abonnez-vous pour être tenu informés.

Du light painting au festival des solidarités

Du light painting au festival des solidarités.

Le dire pour agir au Secours populaireA chaque festival des solidarités, l’expression individuelle et collective est particulièrement recherchée par le Secours populaire. Fort de sa démarche « Le dire pour agir » auprès des personnes aidées pour que le droit de chacun à la parole soit un droit vécu, le Secours populaire a multiplié les initiatives et les supports en ce sens. Ainsi Post-it, cahiers de doléances et de témoignages, body-painting, anamorphisme, théâtre forum etc… sont autant de variantes qui ont déjà permis, par la parole, de construire la solidarité.

Dire, en lumière…

Pour ce festival des solidarités 2016, il est question d’opter pour une nouvelle technique. Qui n’a pas encore été expérimentée au sein de l’association. C’est ainsi que les festivaliers vont pouvoir, de façon symbolique et poétique, être éclairé à la lueur de leur mot par le biais du Light Painting.

Du concept à la technique

La photographie light painting, ou peindre avec la lumière. Ou tout simplement lightpainting est un art qui mélange la photographie, la lumière, le temps et l’espace. Le mot Photographie provient de deux racines d’origine grecque : « photo : lumière » et « graphie : écrire, peindre, dessiner) Littéralement : « peindre avec la lumière ». La photographie est l’art de capturer l’instant. Alors que le lightpainting est l’art d’arrêter le temps et de prolonger cet instant pour capturer le mouvement de la lumière dans l’espace. Il s’agit de photographie en pause longue qui fixe dans le temps la lumière et ses mouvements.

Etre éclairé à la lueur de son mot

festsol gifCette approche artistique permet tout d’abord au sens littéral du terme, de mettre en lumière l’engagement des jeunes. Tout en mettant  en scène la puissance et la force des mots qui continuent de dire, qu’il est important d’agir.

Les jeunes festivaliers pour accéder à cet atelier devront en conséquent partir à la quête de LEUR mot. Ce mot qui va caractériser chacun. Qui va briller en une œuvre d’art lumineuse au milieu de l’obscurité, qui raconte une histoire unique. Se succédant aux autres, racontant l’histoire d’une jeunesse plurielle, forte de sa diversité et de son expression. Ces mots racontant des périples individuels qui s’unissent et écrivent dans leur singularité, l’histoire du festival des solidarités du Secours populaire…

Un artiste et un studio de renommée internationale…

ciscoDerrière la technique, dans la pénombre, un artiste connu sur le plan international va œuvrer à mettre en lumière les âmes solidaires qui vont se prêter à l’exercice. Cisco, est un photographe dans l’air du temps avec une vision moderne et créative de la photographie.

… à la pointe de l’innovation

Tout d’abord créateur de concept photographique innovant, de plus expert du Photocall light painting il a développé en outre de nombreuses techniques qu’il va partager avec les festivaliers, avec le soutien de son studio que vous pouvez découvrir en cliquant ici .

Cisco continue à ce jour d’explorer de nouveaux territoires et de nouvelles performances en temps réel qui permettent de fusionner calligraphie, musique, danse et photographie.

Voici une petite vidéo vous permettant d’avoir un aperçu de ce travail inédit :

Real time light painting Video performance from Studio-lightpainting.com on Vimeo.

Mais ça, c’est encore une autre histoire…

 

Le plaisir de l’engagement bénévole

Le plaisir de l’engagement bénévole – atelier Rennes 2016

Titre de l’atelier : Le plaisir de l’engagement solidaire

benevolat-au-secours-populaireLe Secours populaire a toujours eu à cœur de porter une attention toute particulière à la jeunesse. Qu’elle doive faire face à des besoins ou qu’elle agisse pour la solidarité, connaître cet autre qui s’inscrit dans cette rencontre associative est important. Le Secours populaire a dans son expérience, pu s’appuyer sur la démarche « Le dire pour agir » qui a toujours mis la parole au cœur d’un projet d’émancipation, d’éducation populaire mais aussi de construction.

Comprendre autrui, l’écouter, connaître son parcours mais aussi ses aspirations est nécessaire pour bâtir ensemble de beaux projets solidaires. C’est ainsi que cet atelier a à cœur d’écouter les festivaliers sur le bénévolat, l’engagement et les association dans la société aujourd’hui.

Quelles sont ces différences qui nous rassemblent ? Quels engagements et quelles réflexions nous permettent d’aller plus loin ? L’atelier promet de beaux échanges et de très belles perspectives…

Jour et horaires de l’atelier :

Samedi 22 octobre 2016 de 9h à 14h00.

Animation de l’atelier :

Un atelier concocté par les référents jeunes Noémie Pagan et Julien Bréguet. Mais aussi Kadidja Regnier du siège national. Mentionner également la présence de Sonia Serra, Annick Wemaux et Joëlle Bottalico élues nationales du Secours populaire. Sans oublier la participation active et durant tout le festival, des partenaires associatifs du monde entier.

Objectif de l’atelier :

Exprimer le plaisir de son engagement solidaire et le partager

Description succincte de l’atelier :

Le dire pour agir au Secours populaireL’atelier se déroule dans une  salle imaginée comme un couloir métaphorique. L’atelier permettra la mise en place d’un parcours que suivront les participants du festival en tant que bénévoles au sein d’une  association. Ils évolueront sur trois étapes qui permettra de les mettre face aux trois aspects majeurs de leur engagement : « Le bénévolat et moi », « L’association et moi », « La société et moi ».

Ce système de parcours permettra en outre de faire fonctionner en continu l’atelier. Quand un jeune a le sentiment que la discussion s’essouffle sur une étape, il peut passer à l’étape suivante. Alimenter une discussion différente avec ce qu’il aura tiré de la discussion précédente. A l’inverse, si un jeune désire approfondir les réflexions sur une étape avant de passer à la suivante, il peut rester pour discuter avec un nouveau public. L’objectif reste de laisser les jeunes discuter entre eux. Avec chaque fois un référent sur l’étape pour s’assurer du bon fonctionnement de l’atelier. Ainsi, au fur et à mesure les publics évoluent le long de ce parcours. Une évolution qui retrace l’histoire du bénévole sur les trois champs dans lesquels il s’inscrit.

Et après ? 

Une restitution de cet atelier aura lieu le dimanche matin. Vous pourrez retrouver un compte-rendu ainsi que des photos de cet atelier sur ce même article à l’issue du festival des solidarités.

Diffuser des Gifs pour la jeunesse solidaire

Diffuser des Gifs pour la jeunesse solidaire 

Pour annoncer l’édition 2016 du Festival des Solidarités, tous les participants sont invités à poster des GIF amusants sur la page Facebook de l’événement et sur Twitter, à partir du 1er octobre 2016. Sur un ton léger, les publications dénonceront les clichés sur le désengagement de la jeunesse ou mettront en avant l’implication des jeunes dans des projets solidaires. Chaque publication commencera ainsi « Quand j’entends : les jeunes… ».

On compte sur vous pour donner une meilleure image de la jeunesse !

Quelques exemples

 

Afin de mieux cerner les résultats attendus, voici quelques exemples. Avec un mot d’ordre :  Faites preuve d’imagination et d’humour!

Une publication pour dénoncer les clichés sur la jeunesse :

Gif humouristique

  • « Quand j’entends : les jeunes ne s’engagent plus »
  • GIF

 

 

 

Une publication pour alerter sur la situation précaire des jeunes

aa

 

  • Quand j’entends : « 1 jeune sur 3 de 18-25 ans vit dans la précarité. »
  • GIF

 

Une publication mettant en avant une initiative solidaire conduite par des jeunes.

Gif applaudissement

  • Quand j’entends : « des jeunes du Secours populaire de Lille organisent une collecte pour les réfugiés. »
  • GIF

 

Notice pratique pour Facebook et Twitter :

 

Facebook :

logo FacebookDe nombreux sites gratuits proposent des GIF, comme le site http://giphy.com/

  • Choisir un GIF qui illustre la phrase.
  • Cliquer sur l’icône Facebook sous le GIF. Facebook s’ouvre avec le GIF prêt à être publié dans votre journal.
  • Marquez votre message commençant par « Quand j’entends : les jeunes … » et publiez dans votre journal.
  • Puis partagez cette publication sur la page de l’événement.

Twitter :

Logo TwitterTwitter a son propre catalogue du GIF. Il n’est en conséquence pas nécessaire de les télécharger sur d’autres sites. Aussi, pour publier un GIF sur Twitter :

  • Écrivez votre phrase commençant par « Quand j’entends : les jeunes… » en ajoutant  #FestSol et, dans la mesure du possible, @Secourspop. Exemple : « Quand j’entends : les jeunes ne s’engagent plus. #FestSol @Secourspop »
  • Cliquez alors sur l’icône « GIF » et choisissez parmi les catégories proposées le GIF adapté.
  • Enfin : Publier

Pour les intrépides, les créateurs et les touche-à-tout :

Et parce qu’il y’en a pour tous les niveaux et pour tous les goûts, sachez que pour les plus intrépides, vous pouvez créer votre propre Gif ou celui de votre fédération :

  • Gif Festival des solidaritésTout d’abord en assemblant vos propres photos ou images (ou celles de vos initiatives solidaires).
  • Ensuite en faisant un Gif animé à partir d’une vidéo ( et là encore, pourquoi pas d’une initiative menée)

 

  • Mais aussi à partir directement de son smartphone.

Pour tout savoir, rendez-vous en cliquant ici, avec un peu de curiosité et un minimum de patience, votre gif personnalisé vous tend les bras.

Vous l’aurez compris, les surprises seront au rendez-vous, alors bonne préparation, bonne créativité, et n’oubliez pas de les partager à partir du 1er octobre !