Archives par mot-clé : international

Migrants,réfugiés – La restitution de l’atelier

Migrants/réfugiés – La restitution de l’atelier

« Tout ce qui est humain est nôtre » est la devise du Secours populaire français. c’est tout naturellement que le Secours populaire vient en aide aux migrants-réfugiés, ici et là-bas

Cette crise humanitaire majeure fait l’objet de polémiques au sein des sociétés qui accueillent les réfugiés. Bien souvent, des raccourcis ou des réflexions incomplètes surviennent laissant parfois de nombreuses personnes dans l’expectative. En proie aux plus grands doutes, y compris celui d’apporter son aide à des personnes en danger.

On n’est jamais suffisamment préparés aux drames et aux urgences. Et souvent on agit, sans mettre des mots ou des questionnements sur le sujet. C’est pourquoi  au festival des solidarités, il importait d’aborder la thématique des réfugiés et migrants. En parler, mais aussi apprendre à être vigilent aux raccourcis simplistes. Ceux qui ne permettent pas toujours d’avoir un regard avisé sur les difficultés rencontrées.

Le débat mouvant

« L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne », disait avec humour Pierre Desproges. Et le débat mouvant est un exercice très pratique et assez souple pour s’en apercevoir rapidement. Plus que la vérité, ce qui importe, c’est le parcours qui nous mène jusque elle. C’est par ailleurs la mission d’éducation populaire qui tient particulièrement à cœur au Secours populaire. Et le débat mouvant y contribue. Penser par soi-même sans s’interdire (bien au contraire) d’être à l’écoute des uns et des autres. Ne pas s’éviter les arguments contradictoires  pour mieux éprouver ses propres idées. Puis dans un second temps, apporter aux incompréhensions auxquelles on peut parfois faire face, des réponses argumentées, fouillées, plus mûrement réfléchies.

Confronter les idées sur les migrants et réfugiés

Dans cet atelier il s’agissait , dans un premier temps, d’incarner une posture imposée. Etre « pour » ou « contre » une affirmation parfois polémique. Défendre une posture en adéquation avec ses valeurs semble être simple. Mais devoir le faire lorsque ce n’est pas le cas est nettement plus difficile. Cet atelier permettait de faire se confronter les idées et les arguments pour mieux les mettre à plat. Déterminer ceux qui font appel à la raison de ceux qui sont de l’ordre de l’émotion. . Incarner les deux postures tour à tour. Permettre d’être plus tolérant d’une part, et apprendre également à garder la tête froide. Mettre en oeuvre avec efficacité la tenue d’un vrai dialogue, propice alors pour faire émerger le bon sens.

Aussi, pour mieux en comprendre le principe, nous vous invitons à découvrir les coulisses de l’atelier dans la vidéo suivante.

La technique dite de « boule de neige » 

Comme vous avez pu le voir dans la vidéo, après le « débat mouvant » a eu lieu une séquence appelée « boule de neige ». Une fois les arguments recensés, il convient de les mettre à l’épreuve de la réflexion. En restant seul dans son coin, on finira toujours par n’être d’accord qu’avec soi, ou pire sur internet, à se ranger de l’avis des plus influents ou manipulateurs lorsqu’aucun débat n’a lieu. L’effet « boule de neige » permet donc de passer aux cribles les arguments au sein d’un petit groupe dans lequel on n’a pas forcément choisi  ses interlocuteurs.  Défendre l’argument « pour » et « contre » pour assurer un débat contradictoire. Avec pour objectif d’en tirer les conclusions qui s’imposent en prenant le soin de tout consigner pour garder trace du cheminement de la pensée pour mieux l’expliquer puis la défendre . Une fois ce travail réalisé en petit groupe, il est de nouveau mis à l’épreuve dans un groupe plus grand, et si le temps le permet d’un groupe encore plus grand…

La restitution de l’atelier

Comme pour tous les autres ateliers, les animateurs, élus et certains participants, avaient la responsabilité créative de rendre compte de l’atelier le lendemain à tous les jeunes qui n’avaient pas pu y assister.  En conclusion, c’est sous la très originale restitution sur le modèle de « Question pour un champion » que tout cela a pu se faire, de façon concise et pédagogique, tout en préservant la part des arguments « pour » et « contre ». Un grand moment à vivre ou à revivre avec la vidéo ci-dessous.

Remerciements

Remercier enfin tous les artisans de cet atelier riche en émotions et en sens.

Merci à Sandrine Greffet, Alexandra Grand, Amandine Grieneisen (référents jeunes), Lysia Beysselance et Nicolas Champion (élus nationaux du Secours populaire), accompagnés de Charlène Rolée du siège national. Sans oublier la participation active et durant tout le festival, des partenaires associatifs du monde entier. Merci enfin à Guillaume Glad pour l’enregistrement des vidéos.